Parfois confondus à tort à cause d’un principe de relation tripartite assez proche, le portage salarial et l’intérim sont pourtant deux formes de travail bien distinctes. Ne s’adressant pas aux mêmes catégories de travailleurs, ces deux dispositifs ne proposent pas non plus le même niveau de liberté et de protection. Voici les principales différences.

 

interim ou portage salarial

 

Portage et intérim : pourquoi une confusion des statuts ?

L’intérim est une forme de travail permettant à une entreprise de faire appel à un professionnel dans le cadre d’un remplacement ou d’un accroissement temporaire d’activité. L’intérimaire, lié par un contrat de mission avec une agence d’intérim, est appelé en renfort ou en remplacement dans le cadre de missions nécessitant des compétences manuelles ou techniques.

Le portage salarial est un dispositif plus récent, réservé aux professionnels pouvant justifier d’une autonomie dans la gestion de leur activité, d’un certain niveau de qualification et d’un seuil de rémunération suffisant. Le salarié porté, employé en CDI ou en CDD par une société de portage salarial qui se charge de gérer ses obligations comptables et administratives, intervient auprès d’entreprises qu’il a lui-même démarchées. Chaque mois, il perçoit un salaire correspondant à une partie de sa facturation HT.

Une erreur classique consiste à penser que le portage salarial est une forme alternative d’intérim, du fait que les deux statuts partagent un point commun : le principe d’une relation contractuelle entre 3 acteurs. Une confusion également alimentée par un statut récent, encore relativement méconnu par les professionnels n’y ayant jamais eu recours.

Découvrez les autres statuts juridiques du consultant indépendant !

En portage vous êtes autonome, en intérim non

Bien que tous les deux salariés, l’intérimaire et le salarié porté ne bénéficient pas du tout du même espace de liberté dans le cadre de leur activité.

Une fois sa mission acceptée, l’intérimaire se retrouve en effet lié par un lien de subordination hiérarchique avec l’entreprise dans laquelle il intervient, à l’image de n’importe quel salarié.

S’il est lié par un lien de subordination juridique avec son employeur, c’est-à-dire avec la société de portage, le salarié porté reste néanmoins indépendant quant à la relation professionnelle qu’il entretient avec ses clients.

En portage vous choisissez vos missions, en intérim non

En intérim, c’est l’employeur qui prospecte les missions et les propose à l’intérimaire. En théorie, ce dernier peut refuser une mission qui ne lui convient pas, mais en pratique, cela est rarement dans son intérêt. Certains professionnels se retrouvent même blacklistés par leur agence d’intérim après plusieurs refus. D’autres acceptent de cumuler les missions peu valorisantes et mal rémunérées dans le seul espoir de se voir proposer des missions plus intéressantes par la suite.

Une situation qui n’a pas lieu d’être en portage salarial. Autonome dans la gestion de son activité, le salarié porté est en effet responsable de sa prospection. Par conséquent, il répond aux offres de missions de son choix, à condition que celles-ci répondent aux critères de qualification et de rémunération minimale exigés par l’entreprise de portage.

En portage vous fixez vos tarifs, en intérim non

En tant que travailleur autonome, le salarié porté est bien sûr libre de négocier son taux horaire avec ses clients, en fonction de la nature de l’intervention, de sa durée, de la rareté de sa spécialisation et de son niveau d’expérience.

Il en va tout autrement en intérim où la rémunération est généralement fixée à l’avance en fonction de la grille tarifaire de l’entreprise cliente, qui est bien plus souvent à la recherche d’une main-d’oeuvre bon marché que d’un professionnel doté un haut niveau de qualification.

En portage vous êtes protégé, en intérim non

L’intérim, qui s’adresse en priorité aux travailleurs peu qualifiés, est en règle générale considéré comme un statut précaire, du fait d’un faible niveau de rémunération et d’une marge de manoeuvre des plus limitées. Tributaire des missions que son agence consent à lui proposer, l’intérimaire est régulièrement amené à faire face à des périodes d’inactivité.

Aux commandes de son activité et titulaire d’une expertise convoitée par de nombreuses entreprises, le salarié porté est naturellement moins sujet aux périodes d’inactivité. En pareille situation, notamment en période d’intermission, il a néanmoins la possibilité de puiser dans sa réserve personnelle, constituée au fil des mois, afin de se verser un salaire. Par ailleurs, en cas de litige avec un client, il est protégé par l’assurance responsabilité civile professionnelle que son entreprise de portage a pour obligation de souscrire.

 

Portage salarial ou interim

Vous souhaitez en savoir plus sur le statut du portage salarial ? Découvrez dans un 1er temps si votre activité d’indépendant peut être portée. Pour cela, rien de plus simple ! Inscrivez-vous à une réunion d’information organisée par Cadres en Mission près de chez vous !

Nos autres comparatifs de statuts freelance avec le statut du portage salarial :