Attiré par les perspectives offertes par le portage salarial ? Envie de développer votre activité de manière autonome tout en bénéficiant d’un cadre sécurisant (prévoyance, indemnités maladie, chômage, mutuelle, RCP) ? Cadres en Mission vous propose d’essayer son simulateur de calcul de salaire en portage salarial pour vous faire une idée de votre rémunération !

Remplissez les champs pour calculer votre
rémuneration mensuelle :

Ces frais vous sont restitués dans leur intégralité, sans prélèvement de frais de gestion, et sans attendre le règlement du client
Petit matériel, fournitures, télécom, web Les frais de fonctionnement sont remboursés TTC, la TVA est récupérée au profit du consultant dans les limites légales
Le taux applicable est de 10% du CA jusqu’à 75 000 € annuels ; 9 % jusqu’à 150 000 € ; 7 % au-delà (en CA cumulés)
10%

Vous devez renseigner un CA supérieur à 0€

Comment faire une simulation en portage salarial ?

Pour réaliser une simulation de votre salaire en portage salarial, il vous suffit tout d’abord d’indiquer dans notre simulateur le chiffre d’affaires envisagé. Celui-ci dépend bien sûr du montant des honoraires convenus avec votre client, sachant que le taux journalier minimum pour une activité en portage salarial est fixé à 300 €.

Il vous suffit ensuite de renseigner les éventuels frais professionnels refacturés et frais de fonctionnement. Notre simulateur est alors en mesure de vous fournir une estimation de la rémunération que vous pourrez toucher dans le cadre de votre activé chez Cadres en Mission.

Simulation en portage salarial : les éléments à prendre en compte

Voici le détail des différents éléments pris en compte dans le calcul de votre rémunération mensuelle.

Les charges sociales

En tant qu’employeur, la société de portage salarial est tenue de s’acquitter des cotisations sociales obligatoires auprès des organismes sociaux et caisses de retraite. Calculées sur le montant du salaire brut de ses salariés, les cotisations salariales et patronales garantissent au consultant un accès aux différentes prestations sociales : sécurité sociale, prévoyance, cotisations retraite, indemnisations chômage…

Les frais refacturés

La prise en charge des frais refacturés, également appelés « frais de mission », est directement négociée avec le client avant le début de la mission. Figurant dans le contrat de prestation, ces frais ne sont pas comptabilisés dans le calcul du salaire brut. Ils sont restitués au consultant en complément de son salaire net. Les frais refacturés correspondent généralement aux frais kilométriques, aux frais d’hébergement et de restauration.

Les frais de fonctionnement

Non imposables, les frais de fonctionnement correspondent aux frais professionnels qui ne peuvent faire l’objet d’une prise en charge par le client, car n’étant pas directement liés à la mission. À l’instar des frais refacturés, ces frais de fonctionnement complètent le salaire net perçu par le consultant chaque mois.

Avec Cadres en Mission, vous percevez l’intégralité des frais professionnels déclarés dans votre compte-rendu d’activité mensuel, dans la limite de 30 % du montant de votre salaire brut, sous réserve de pouvoir présenter des justificatifs.

À noter que certains investissements doivent faire l’objet d’un accord préalable, à l’image de l’achat de matériel informatique lié à l’exercice de votre activité.

Les frais de gestion

Dans le domaine du portage salarial, les frais de gestion font référence aux commissions prélevées par la société de portage salarial sur la rémunération du consultant. Chez Cadres en Mission, ces frais sont calculés sur le chiffre d’affaires cumulé qui n’est pas remis à zéro après une période d’activité d’un an.  De 10 à 7 %, le pourcentage prélevé dépend du chiffre d’affaires généré par le consultant depuis sa toute première mission portée.

Les frais de gestion servent à couvrir les dépenses liées aux services proposés aux consultants : gestion de sa comptabilité, formations, accompagnement personnalisé, assistance juridique, offre de missions, réseau de consultants… 

Simulation salaire portage

Simulation en portage salarial : les 6 questions les plus posées

Bien que séduit par les multiples atouts du portage salarial, vous vous posez des questions à propos des modalités de rémunération liées à cette forme d’emploi singulière à de nombreux points de vue. Nous vous proposons de découvrir les réponses aux questions les plus fréquemment posées concernant le fonctionnement du salaire en portage salarial.

① Quel est le salaire minimum légal en portage salarial ?

Comme le veut la Loi, pour pouvoir profiter du portage salarial, vous devez être en mesure de dégager un salaire brut mensuel minimum. Défini par la convention collective du portage salarial, ce salaire dépend de la catégorie à laquelle vous appartenez :

  • 70 % du plafond de la Sécurité Sociale, si vous êtes un salarié porté junior (environ 2 318 € brut en 2018)
  • 75 % du plafond de la Sécurité Sociale, si vous êtes un salarial porté sénior (environ 2 483 € brut en 2018)
  • 85 % du plafond de la Sécurité Sociale, si vous exercez au forfait-jour (environ 2 814 € brut en 2018)

En revanche, contrairement au régime micro-entrepreneur, votre chiffre d’affaires n’est pas plafonné en portage salarial.

② Comment optimiser ses revenus nets ?

Avec le portage salarial, il vous est possible d’optimiser vos revenus en tirant avantage de votre plan d’épargne entreprise (PEE) ou de votre plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO). Comment procéder ? Tout simplement, en transformant une partie de votre disponible en abondement épargne PEE ou PERCO. Ces dispositifs supportent en effet moins de charges sociales que le salaire : 20 % pour le PEE et 16 % pour le PERCO.

Lorsque vous versez volontairement une partie de votre disponible sur votre PEE ou votre PERCO, vous avez la possibilité de le répartir sur le fonds commun de placement de votre choix : monétaire, actions, gestion pilotée, etc. Nous nous chargeons alors de verser un abondement dans les mêmes proportions sur votre compte épargne personnel (géré par CM-CIC épargne salariale). Le montant du net retiré dépend évidemment de la performance du fonds de placement sélectionné, moment du retrait.

Autre intérêt du principe d’abondement épargne : vous bénéficier d’une exonération fiscale totale au moment du déblocage. L’économie ainsi réalisée dépend toutefois de votre tranche d’imposition.

En outre, Nous vous permettons de récupérer une partie de vos frais professionnels, à hauteur de 30 % de votre chiffre d’affaires. Précisons que ces frais de fonctionnement sont non imposables.

③ À partir de quel moment puis-je accéder à mon épargne ?

Votre épargne PEE est normalement bloquée pendant une période de 5 ans. Vous pouvez toutefois y accéder plus rapidement si vous êtes en mesure de justifier un des motifs de déblocage anticipé suivants : rupture de contrat (fin de CDD, démission, rupture conventionnelle…), mariage, naissance, etc.

Votre épargne PERCO est quant à elle disponible après la liquidation de votre retraite de base de la Sécurité Sociale. Il existe néanmoins quelques cas de déblocage anticipé : décès, invalidité, surendettement, acquisition ou remise en état d’une résidence principale à la suite d’une catastrophe naturelle…

④ Le versement du salaire est-il garanti ?

Vous avez peur de ne pas pouvoir vous verser de rémunération à la fin du mois dans le cas où l’un de vos clients mettrait du temps à vous payer ? Rassurez-vous, nous vous vous garantissons le versement de vos salaires en cas de retard de paiement, à condition d’avoir toutefois bien effectué vos demandes de facturation au préalable.

Ce sont également nos équipes qui se chargent de relancer ou mettre en demeure les éventuels mauvais payeurs et de trouver des solutions en cas de problème lié au règlement de vos factures.

⑤ Est-il possible de gérer ses revenus soi-même ?

Nous vous permettons d’accéder à tout moment à votre compte consultant, accessible directement en ligne. C’est notamment dans cet espace dédié à votre activité que vous avez la possibilité de gérer le versement de vos salaires comme vous le souhaitez.

Vous prévoyez une future période de creux, durant laquelle vous allez devoir concentrer tous vos efforts sur la recherche de mission ? Dans ce cas, libre à vous de conserver une partie de votre chiffre d’affaires que vous pourrez alors transformer en salaire au moment le plus opportun !

Cette gestion libre de votre rémunération vous permet également de lisser vos revenus annuels pour payer moins d’impôts.

⑥ Puis-je cumuler mes allocations chômage avec le portage salarial ?

Oui, il est tout à fait possible de cumuler vos ARE avec votre activité en portage salarial, à condition de respecter certaines règles. Notamment :

  • Être inscrit comme demandeur d’emploi ;
  • Être à la recherche d’un emploi ;
  • Avoir travaillé assez de temps pour pouvoir demander l’ouverture de vos droits ;
  • Ne pas avoir atteint l’âge légal de départ à la retraite ;

Notez que le montant du cumul allocations + salaire ne peut pas dépasser le montant du salaire ayant servi de base au calcul de vos droits au chômage.

Découvrez les autres contenus de notre guide du portage salarial :