Travailleur pas comme les autres, le consultant en portage salarial bénéficie d’une véritable protection sociale et d’un accompagnement complet tout en profitant d’une totale indépendance par rapport à ses choix d’organisation et à sa stratégie commerciale. Un statut hybride qui présente de nombreux avantages pour le salarié en quête d’autonomie ou le freelance à la recherche de sécurité.

consultant en portage salarial

Être salarié porté : qu’est-ce que c’est ?

Le consultant en portage salarial, ou salarié porté, est un travailleur autonome exerçant une activité professionnelle dans le cadre d’un contrat de travail signé avec une société de portage. Il s’agit d’un statut spécifique dont le mode de fonctionnement se situe à mi-chemin entre le salariat classique et la libre entreprise.

Détenteur d’une expertise et d’un savoir-faire particulier, généralement en rapport avec le domaine des services, de l’organisation ou de la gestion d’entreprise, il négocie et exécute les missions de son choix. En retour, il perçoit un salaire qui dépend des missions réalisées et des modalités de rémunération négociées avec la société de portage.

Depuis l’ordonnance du 2 avril 2015, tout professionnel peut bénéficier du statut du portage salarial, à condition qu’il puisse justifier d’un niveau d’expertise suffisant et d’un degré d’autonomie lui permettant de rechercher des clients par ses propres moyens. Ce statut juridique dédié aux indépendants n’est donc plus uniquement réservé aux cadres, comme c’était le cas il y a encore quelques années.

Statut du portage salarial : que dit la loi ?

En tant que signataire d’une convention de portage salarial et d’un contrat de travail (CDD ou CDI), le salarié porté possède des droits, mais aussi des obligations envers la société de portage qui l’emploie et la clientèle pour laquelle il réalise des prestations.

Le consultant en portage salarial s’engage ainsi à respecter les modalités de la relation de travail convenues dès la signature de la convention d’adhésion avec la société de portage. Bien qu’il bénéficie d’un certain degré d’indépendance, le consultant porté n’en reste pas moins un salarié soumis à un lien de subordination. Par conséquent, il doit rendre des comptes à son employeur, c’est-à-dire à la société de portage. Si le salarié en portage salarial ne respecte pas ses engagements, il risque la rupture de son contrat de travail pour faute professionnelle ou des poursuites judiciaires.

Bien évidemment, ces obligations s’accompagnent également de droits. Signataire d’un contrat de travail, le statut du portage salarial est protégé par le Code du travail. Outre le versement d’un salaire, il bénéficie d’un accompagnement personnalisé, de formations et d’une mise en réseau, lui permettant de développer son activité dans les meilleures conditions.

Pourquoi devenir consultant en portage salarial ?

Le succès grandissant du portage salarial s’explique aisément. Ce dispositif est en effet le parfait concentré de ce que le statut de travailleur indépendant et le salariat ont de mieux à offrir sur le plan de la liberté d’organisation et de la sécurité. Les avantages pour le consultant sont nombreux.

Aucune démarche pour créer les statuts de l’entreprise

Créer sa propre entreprise nécessite la réalisation d’un certain nombre de démarches, dont la rédaction des statuts. Étant considéré comme un salarié, le consultant n’a pas à s’embarrasser avec ces formalités. Il peut démarrer son activité dès la signature de son contrat de travail avec la société de portage.

Pas d’engagement de fonds personnels

N’ayant pas de structure à créer et à gérer, le consultant en portage salarial n’est par conséquent pas contraint de toucher à ses finances pour réaliser ses désirs d’autonomie professionnelle. De plus, il n’a évidemment aucun capital social à constituer ou à déclarer.

Le plaisir d’être son propre patron

La liberté d’organisation est souvent ce qui motive les salariés à monter leur propre entreprise. Avec le statut du portage salarial, il est inutile de passer par la création d’entreprise pour avoir le choix de sa clientèle, de ses missions et de ses modalités d’intervention.

Flexibilité de son planning

Contrairement à la plupart des salariés classiques, le salarié porté est totalement libre de gérer son temps comme il le souhaite. Il n’a aucun compte à rendre à la société de portage quant à ses choix d’organisation, l’essentiel étant qu’il réalise ses missions selon les modalités convenues.

Cotisation à la retraite

La société de portage verse elle-même des cotisations aux caisses de retraite, ce qui permet au consultant de valider des trimestres comme n’importe quel autre salarié. Par conséquent, à revenu égal, le montant de la retraite de base d’un consultant porté sera généralement bien supérieur à celle d’un freelance.

Indemnisations chômage

Le consultant cotise également à l’assurance chômage. Si son contrat de portage prend fin, faute de nouvelle mission à réaliser, il n’est alors pas démuni et peut bénéficier d’allocations chômage, à condition d’avoir totalisé le nombre d’heures de travail minimum requis.

Pas de gestion administrative

S’ils disposent d’une totale autonomie, les travailleurs indépendants doivent passer un certain temps à gérer des tâches « secondaires », mais indispensables. Comptabilité, facturation, déclaration et calcul des charges sociales… ces tâches administratives des plus rébarbatives sont directement gérées par la société de portage.

Possibilité de se consacrer uniquement à son activité

Comme le consultant en portage salarial n’a pas à se soucier des tâches administratives, il a le temps de pleinement se concentrer sur son cœur de métier ; à savoir réaliser des missions, satisfaire sa clientèle et développer son activité.

Pas de limite de chiffre d’affaires

Très populaire parmi celles et ceux qui souhaitent tester une activité indépendante en complément d’un poste de salarié, le statut auto-entrepreneur bénéficie effectivement de nombreux atouts… Mais aussi de quelques inconvénients notables, comme un chiffre d’affaires annuel plafonné, l’impossibilité de déduire ses frais professionnels et de récupérer la TVA sur ses achats ou investissements.

Le statut du portage salarial n’est pas soumis à cette limite. Il peut donc développer son activité sans craindre de perdre les avantages de son statut.

Rejoindre un réseau de consultants

Les salariés portés qui intègrent une société de portage accèdent par ailleurs à un réseau de consultants et à des formations exclusives. L’intérêt ? Obtenir des conseils, parfaire leurs connaissances dans leur domaine d’activité, renforcer leur discours commercial, développer de nouvelles compétences et accéder à de nouvelles missions.

Quel est le salaire d’un consultant porté ?

Comme les travailleurs exerçants à leur propre compte, la rémunération du consultant en portage salarial dépend des missions effectuées. Cependant, contrairement à un chef d’entreprise qui perçoit l’ensemble des honoraires et doit en déduire les diverses charges avant de se rémunérer, le salarié porté perçoit un salaire mensuel.

Le salaire mensuellement versé au salarié en portage salarial par la société de portage prend en compte le chiffre d’affaires qu’il génère. La société de portage déduit alors les frais de gestion ainsi que les charges patronales et salariales. En moyenne, le consultant perçoit de 47 % à 50 % du montant hors taxes de sa facturation.

Les frais de gestion, qui peuvent fluctuer en fonction du chiffre d’affaires réalisé, sont quant à eux définis au moment de la signature de la convention de portage qui précède la signature du contrat de travail.

Quelles démarches pour devenir salarié porté ?

C’est très simple ! Pour obtenir le statut du portage salarial, il est dans un premier temps nécessaire de trouver une mission à réaliser. Après s’être mis d’accord sur les modalités d’intervention avec son client, le salarié porté signe tout d’abord une convention de portage salarial, puis un contrat de travail avec la société de portage. Il devient alors officiellement consultant porté et peut continuer à réaliser les missions de son choix dans le cadre de son contrat.

D’autres contenus à lire dans notre guide du portage salarial :