Est-il plus avantageux de créer son entreprise en adoptant le régime auto-entrepreneur ou de mener son activité sous l’égide d’une entreprise de portage salarial ? Un choix pas toujours simple à réaliser pour des indépendants qui souhaitent généralement conserver un maximum d’autonomie. Présentation de deux statuts qui se distinguent sur de nombreux points.

auto entrepreneur ou portage salarial

 

Auto-entrepreneur et portage salarial : deux statuts différents

Le salarié porté, ou consultant en portage salarial, est employé par une société de portage salarial grâce à laquelle il peut réaliser des missions de service de manière autonome pour une clientèle qu’il se constitue librement.

De son côté, l’auto-entrepreneur est un travailleur indépendant exerçant sous le régime auto-entrepreneur, ou micro-entrepreneur, qui correspond à un régime spécifique du statut de l’Entreprise Individuelle (EI).

 

Portage salarial vs auto-entrepreneur : les avantages

Les avantages du statut de salarié

Première différence notable : le consultant en portage salarial bénéficie du statut de salarié. Par conséquent, il n’a pas besoin de créer de statut juridique pour pouvoir exercer son activité. Il peut ainsi commencer à travailler dès l’obtention d’une première mission et la signature d’un contrat de portage salarial avec la société de portage.

Comme tout salarié, et contrairement à l’auto-entrepreneur qui peut se contenter du strict minimum en matière de protection, le consultant en portage profite d’une couverture sociale complète. Plus spécifiquement, il bénéficie de droits dans le futur en cotisant à une assurance prévoyance, une mutuelle d’entreprise, l’assurance chômage, aux caisses de retraite cadres et non cadres.

Moins d’obligations administratives

La gestion d’une entreprise nécessite la tenue d’une facturation et d’une comptabilité à jour, le versement de charges sociales et fiscales, entre autres obligations administratives. En portage salarial, ces obligations sont directement gérées par l’équipe de la société de portage, ce qui permet au salarié porté de se concentrer uniquement sur son activité.

Un chiffre d’affaires sans limitation

Le régime auto-entrepreneur possède une spécificité importante : le chiffre d’affaires annuel est plafonné. En 2017, il est limité à 33 100 € pour les prestations de services. En dépassant ce seuil, ce qui peut arriver plus rapidement qu’on ne le pense, l’auto-entrepreneur prend le risque de perdre les privilèges de son statut. Cette limite n’existe pas en portage salarial.

Une TVA récupérée sur les achats

Contrairement au salarié porté, l’auto-entrepreneur ne peut pas récupérer la TVA sur ses frais et investissements. Pour récupérer la TVA sur ses achats, le consultant doit faire établir la facture au nom de sa société de portage salarial. A noter que ses frais d’investissement ne peuvent pas dépasser 15% de son CA annuel.

Des frais de fonctionnement déduits

En portage salarial, le consultant peut déduire ses frais de fonctionnement. Ils ne rentrent donc pas dans le calcul de ses impôts, ce qui se révèle particulièrement intéressant en début d’activité où les frais de prospection et d’investissement sont généralement importants.

Un accompagnement de proximité

Enfin, à l’inverse de l’auto-entrepreneur qui est livré à lui-même, le salarié porté est accompagné par la société de portage salarial, qui lui apporte un certain nombre de services : formations, mise en réseau, appui commercial, offres de mission, etc. Il devient ainsi membre d’un réseau de consultants, intègre des pôles d’expertise chez sa société de portage salarial et peut monter en compétence grâce à des formations.

 

Auto-entrepreneur vs portage salarial : les avantages

Le statut auto-entrepreneur, qui séduit toujours de nombreux freelances, a également quelques atouts à faire valoir.

Une indépendance totale

Tout d’abord, bien que le salarié porté bénéficie d’une grande autonomie, il a tout de même des comptes à rendre à son employeur, la société de portage. L’auto-entrepreneur est pour sa part totalement indépendant, ce qui lui laisse une plus grande marge de manœuvre. Par ailleurs, il lui est possible d’exercer une plus grande variété d’activités.

Une rémunération plus conséquente

Autre avantage : contrairement au salarié porté, l’auto-entrepreneur ne doit pas s’acquitter des frais de gestion. En contrepartie, il doit assurer sa gestion administrative et financière ou la déléguer à un expert-comptable. De même, les cotisations sociales et les charges fiscales sont moins élevées que ce que doit reverser la société de portage, notamment la première année. La couverture sociale est cependant légère, pas de prévoyance, ni de mutuelle, ni d’assurance chômage et des cotisations plus faibles aux régimes de retraite. Cependant, cet atout peut se transformer en véritable frein au bout de quelques mois, à cause du plafonnement du chiffre d’affaires inhérent au régime auto-entrepreneur.

Une facturation sans TVA

Par son statut, l’auto-entrepreneur n’est pas soumis à la TVA. Cet aspect peut être un atout dans certains cas, notamment si le consultant facture majoritairement des particuliers. La société de portage salarial, elle, est soumise à la TVA et les recettes nettes du salarié en portage salarial en sont imputées d’autant.

 

Portage salarial ou auto-entrepreneur : pour quel statut opter ?

Choisir l’un ou l’autre statut est donc avant tout affaire d’aspirations professionnelles et de concessions que le freelance est prêt à consentir.

S’il se sent en capacité de s’occuper de son activité de A à Z sans besoin d’être encadré ou accompagné, le statut auto-entrepreneur est certainement le plus adapté des deux. Il en va de même si son activité de freelance représente uniquement un complément de revenu, à son activité de salarié par exemple ou si sa clientèle se compose de particuliers.

En revanche, s’il s’agit de se concentrer exclusivement sur le développement d’une activité indépendante en tant que consultant, tout en profitant d’un environnement sécurisant ; le portage salarial constitue le cadre de travail le plus à même de répondre à ses attentes. 

 

Nos autres comparatifs des statuts de l’indépendant avec le portage salarial :