Par Arthur Avranches - Devenir consultant indépendant

Qu’est-ce qui différencie la SSII de la société de portage salarial ? Pour quelles raisons un consultant IT pourrait-il envisager de prendre la voie du portage salarial après quelques années passées en SSII ? Ces questions, vous vous les êtes déjà peut-être posées si vous exercez dans le domaine informatique depuis un certain nombre d’années. Aujourd’hui, nous vous proposons d’apporter des réponses à ces questions !

Le principe de la SSII

Apparue au début des années 1980, la Société de services en ingénierie informatique (SSII ou SS2I) est une structure spécialisée dans l’accompagnement d’entreprises clientes sur des projets en rapport avec l’informatique (conseil, maintenance, formation, intégration de systèmes ou création). Elle permet aux entreprises de recourir aux services d’un spécialiste le temps d’un projet, pour leur éviter d’embaucher.

La SSII, que l’on qualifie parfois d’Entreprise de services du numérique (ESN), répond donc à un impérieux besoin de flexibilité, à une époque où le secteur de l’informatique se diversifie plus que jamais.

Embauché par la SSII (sur profil ou sur mission), le consultant en informatique travaille directement chez son client. Il a rarement l’occasion de choisir ses missions et doit donc parfois se contenter de missions peu intéressantes. Les profils ciblés par ce genre de structures sont souvent de jeunes diplômés.

Pourquoi passer au portage salarial ?

Au bout de quelques années à exercer en SSII, les consultants en informatique ont souvent à coeur de réaliser certaines de leurs aspirations les plus profondes. Beaucoup d’entre eux ont par exemple le désir de développer leur propre activité pour gagner en autonomie et en rémunération. La SSII, qui offre des avantages indéniables lorsque l’on souhaite trouver son premier emploi et se forger une expérience, peut alors se transformer en véritable frein. Et si la solution se trouvait du côté du portage salarial ?

Certains travailleurs indépendants peu renseignés confondent la SSII et la société de portage salarial. Il s’agit bien sûr d’une erreur ! Bien qu’elles aient effectivement quelques points en commun, ces deux types de structures ne fonctionnent pas vraiment de la même manière ; surtout, elles n’offrent pas le même degré de liberté et d’encadrement au freelance informatique.

Sur le plan de l’autonomie

Le consultant en SSII et le salarié porté sont tous les deux liés contractuellement à la société qui les emploie ; la SSII d’un côté, et la société de portage salarial de l’autre. On peut donc signaler l’existence d’un lien de subordination dans les deux cas.

Cependant, à la différence du consultant informatique en SSII qui doit nécessairement respecter un certain nombre d’obligations s’il ne veut pas être mis à la porte, comme tout salarié « classique » en somme ; le salarié porté profite pour sa part d’une authentique liberté. Il n’a ainsi pas de supérieur hiérarchique à qui rendre des comptes, il choisit librement ses horaires ainsi que son lieu de travail.

Par ailleurs, et c’est sans doute là que se trouve la spécificité la plus notable du portage salarial, le consultant en portage peut décider en son âme et conscience des missions qu’il veut mener à bien, chose très rare dans le contexte d’une SSII.

Le revers de la médaille : le travailleur indépendant en portage salarial doit anticiper ses fins de mission pour chercher de nouvelles missions. Toutefois, il peut compter sur son réseau d’experts et son accompagnateur personnel pour trouver des contrats à la hauteur de ses aspirations !

Sur le plan de l’encadrement

L’un des grands atouts de la société de portage est l’accompagnement qu’elle offre au salarié porté. Bien que parfaitement autonome, ce dernier peut toutefois compter sur l’appui de toute une équipe. En plus de se charger de ses formalités administratives, elle l’accompagne dans le développement de son activité et l’aide à faire face aux difficultés qu’il peut rencontrer au quotidien (actions commerciales, élaboration d’une offre cohérente, négociation…).

La montée en compétences, indispensable dans un domaine en constante évolution comme le secteur informatique, s’effectue entre autres par le biais de formations. Notons que certaines SSII mènent également des actions en ce sens. L’intérêt ? Le travailleur indépendant peut ainsi diversifier son offre pour dénicher des missions plus intéressantes.

Sur le plan de la rémunération

Comme on peut s’en douter, les salaires proposés en SSII peuvent grandement varier d’une société à l’autre. Cependant, il convient de signaler qu’il est assez courant qu’un ingénieur en informatique considère que sa rémunération n’est pas à la hauteur de son niveau de qualification. Le problème étant que ses missions sont négociées pour lui et que la SSII a généralement tout intérêt à baisser ses tarifs pour rester compétitive.

En portage salarial, il en est tout autrement. Le consultant informatique se constitue en effet sa propre clientèle et négocie le montant de sa rémunération en fonction de ses propres critères.

Par ailleurs, la récente création de la convention collective du portage salarial prévoit la constitution d’une réserve financière dédiée aux périodes d’inactivité. Le consultant peut ainsi profiter de ce revenu pour aborder son démarchage et ses négociations de manière plus sereine.

 

freelance informatique

 

Portage salarial : la solution idéale pour le consultant informatique ?

Il n’est pas rare que les consultants informatique exerçant en SSII se plaignent de leur salaire trop bas, des projets peu intéressants qu’ils doivent mener et du manque de perspectives auquel ils font face. Une situation regrettable qui pousse certains talents à s’aventurer vers la création d’entreprise, pendant que d’autres ont la chance de se voir proposer un poste chez leur client.

Cependant, comme vous le savez sans doute, créer sa propre entreprise n’est pas forcément un fleuve toujours des plus tranquilles. Entre le coût engendré par la création de l’entreprise, le démarchage commercial, la gestion administrative plus ou moins complexe selon la structure juridique et la réalisation des prestations ; la vie d’un freelance informatique en SASU, en EURL ou en micro-entreprise n’est pas de tout repos.

Et si le consultant en informatique pouvait trouver dans le portage salarial à la fois l’autonomie à laquelle il aspire et la sécurité sur laquelle il ne veut pas transiger ? En ce sens, le portage salarial, forme de travail atypique désormais inscrite dans le Code du travail et bénéficiant de sa propre convention collective, s’adresse directement au travailleur attaché à sa liberté et à la conservation de sa protection sociale.

Article rédigé le 07 avr 2017

Les commentaires sont fermés.