Par Marine Grandmottet - Témoignages

Consultant et manager de transition indépendant affilié au réseau Cadres en Mission depuis presque 5 ans, Steve Ordener est spécialisé dans le développement d’affaires (au sens large du terme) en France et à l’international ainsi que dans le management des équipes qui y sont rattachées. S’il s’est construit sur le plan professionnel et managérial grâce à ses 12 années passées au sein du groupe General Electric puis, il a changé de posture pour devenir indépendant en portage salarial. Depuis 3 ans il se passionne pour la GRH et plus précisément les comportements organisationnels, sujet qu’il perfectionne dans le cadre de son Doctorat en Management.

📢 QU’EST-CE QUI VOUS FAIT VIBRER DANS VOTRE MÉTIER DE MANAGER DE TRANSITION ? 

  • Déjà, j’aime bien l’idée même de “mission” car elle s’inscrit dans le temps, cela nécessite un certain pragmatisme et une orientation vers les résultats. Il y a un début, un milieu et une fin, ce qui évite de s’ennuyer et matérialise l’action que l’on mène. J’ai eu cette chance dans mon précédent poste, d’occuper 5 postes différents systématiquement orientés vers un projet précis. Chez Cadres en Mission j’ai retrouvé ce mindset puisque j’en suis à ma 4ème mission. Ensuite, ce métier offre la possibilité de rencontrer des gens et de travailler en équipe. Cela demande de l’empathie et une adaptabilité permanente, mais c’est très enrichissant. Enfin, quand je démarre une mission, j’intègre l’idée que je n’ai ni passé ni d’avenir chez mon client. Mon job c’est de livrer la mission, d’avancer dans le mieux des intérêts du client. Il y a un vrai échange avec le dirigeant, on est dans la création de valeurs et pas dans la subordination comme lorsque l’on est salarié. Cela offre une certaine liberté objective de penser et d’agir.

📢 QUELLE EST VOTRE PLUS BELLE RÉUSSITE ? 

  • Elle n’est pas professionnelle. Il s’agit de ma famille, de mon épouse Audrey et de mes enfants. Je vous en parle parce qu’au final c’est ça ma plus grande réussite : ne pas avoir perdu ce rapport à la valeur famille et de l’avoir toujours intégré dans mes choix professionnels. La question du lieu de vie, de l’expatriation et des nombreux déplacements s’est souvent posée. Du fait de notre situation personnelle on ne souhaitait pas vivre à Paris ou à l’étranger. J’ai la chance d’avoir des piliers en béton armé à la maison pour avancer dans sa carrière sereinement.

📢 DEPUIS VOS DÉBUTS, COMMENT VOUS ÊTES-VOUS RENOUVELÉDANS VOTRE ACTIVITÉ ? 

  • Cela ne fait que 5 ans que je suis indépendant mais je dirais que pour être capable de rester IN, cela nécessite une dose d’humilité, de flexibilité et de confiance en soi. Pour moi cela passe par une formation permanente notamment pour aller chercher des compétences qui émergent sur le marché et qui font écho aux vraies problématiques des entreprises aujourd’hui. Elles ont besoin d’être agiles, il faut leur offrir de l’agilité. Je capitalise sur ma vie d’avant et mes formation (à Crotonville aux Etats-Unis par exemple) mais l’idée n’est pas de rouler en roue libre jusqu’à la retraite, car le monde va trop vite.

    En ce moment je m’intéresse beaucoup aux comportements organisationnels et j’ai entrepris un doctorat que je terminerai d’ici deux ans. Je rédige en ce moment un 1er article que je présenterai le 15 Juin prochain à la RIPCO (revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportement organisationnels) .

    J’essaie de me renouveler en permanence et j’apprends beaucoup également au contact des jeunes que j’accompagne au travers des cours que je donne à l’université d’une part et du projet  « Millénial’Z Jobs Campus » que j’ai mis en place pour Pôle Emploi d’autre part,  dans lequel je forme les jeunes diplômés de Bac +5 à +8 à se positionner sur le marché de l’emploi.

AMPHI_Steve_Ordener

📢 AVEZ-VOUS TROUVÉ VOTRE ÉQUILIBRE EN EXERCANT EN PORTAGE SALARIAL ? 

  • Carrément, c’est clairement la raison qui motive mon choix et celui de poursuivre la solution du portage salarial car j’ai réussi à trouver un bon équilibre et à résoudre une équation à plusieurs inconnues. Quelle autre solution aurais-je pu trouver pour à la fois : effectuer un doctorat en management, enseigner à l’Université de Lorraine, tout en gardant les pieds dans le monde réel de l’entreprise, sans déménager de ma région natale, et après avoir quitté une multinationale à la suite d’un changement d’actionnaire ? J’ai pu résoudre cette équation par le biais du portage salarial et de Cadres en Mission. Puis arrive sur le tapis la question de la rémunération. Être en portage salarial c’est un risque, car sans mission il n’y a pas de salaire. Mais cela dépend de l’objectif que l’on poursuit. Personnellement c’est un équilibre que je recherche plus qu’un jackpot, mais on en vit plutôt bien. Pour ne donner qu’un chiffre ou deux, mon taux de facturation en équivalence ETP sur 60 mois est de 71%. Cela représente 155 jours par an de facturation d’honoraires en moyenne.

📢 QUELS TIPS DONNERIEZ-VOUS À UN NÉO-CONSULTANT ? 

  • Mon conseil serait lié à la manière d’aborder la notion de coût d’un consultant ou d’un manager de transition. J’entends souvent dire qu’il y a un prix marché à la journée, qu’un consultant se vend X, un formateur Y, et un manager de transition Z. Personnellement, je ne crois pas que cette posture soit la meilleure pour remporter des deals et proposer ses services. Bien sûr, si l’équation financière in fine ne fait pas sens, alors il ne faut pas accepter la mission, car elle nécessite un investissement en temps et en énergie fort, parfois à l’étranger. Partez de ce qui peut faire sens pour votre client : sa problématique, son budget, son marché à lui… Les us et coutumes varient d’un secteur à l’autre (automobile ou IT…) et également son territoire, car un tarif n’est pas le même à Paris, Nantes ou Metz. Il convient alors pour trouver un équilibre viable entre les deux parties, de prendre pour point de départ ce que coûterait dans l’entreprise ciblée, sur son marché et son territoire, le talent requis en CDI ou en CDD par exemple, puis de bâtir une tarification adaptée. Cette dernière pourra alors avoir pour variable d’ajustement, une fois la confiance des premiers résultats établis, le temps passé chez le client. J’aime bien cette citation de Warren Buffett « le prix est ce que vous payez, la valeur est ce que vous gagnez ». Notre job de consultant ou manager de transition c’est d’arriver à créer de la valeur pour le client afin que le prix devienne un trait d’union et pas une conséquence.

📢 CHEZ CADRES EN MISSION NOUS PRONONS LE « TEAM SPIRIT » : COMMENT CE MANTRA SE MANIFESTE-T-IL DANS VOS ACTIVITÉS ? 

  • Encore une citation ou plutôt ici un dicton africain pour résumer mon propos : « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin » ! L’esprit d’équipe est d’abord pour moi une philosophie de la modestie : celle que dans 3 cerveaux il y a généralement plus de solutions que dans le mien. Et lorsque ce n’est pas le cas, si les 3 cerveaux participent au projet que je propose, alors il se sentiront investis dans celui-ci. Ensuite, je pense que l’union fait la force, et qu’ensemble il est possible de lever des montagnes, pour peu que l’équipe entière adhère à un projet commun de manière réelle, sincère et rigoureuse., la magie opère Émerge alors un sentiment d’appartenance, d’entraide et de respect mutuel. Enfin, team spirit est pour moi aussi synonyme de « figthingspirit » car une équipe qui ne gagne pas, qui n’est pas exigeante envers elle-même voire pire, indifférente aux résultats, n’est pas une équipe mais plutôt une addition d’individualités plus ou moins narcissiques et orgueilleuses, qui se servent de l’équipe plutôt qu’elles ne la servent … N’est-ce pas ce que l’on voit dans certaines équipes sportives d’ailleurs composées pourtant de stars ? Une équipe doit chercher à gagner ensemble et assumer de perdre ensemble. Telle est la condition selon moi des grandes victoires collectives.

📢 QUELLE EST VOTRE PLUS BELLE RENCONTRE DANS LE RÉSEAU CADRES EN MISSION ? 

  • Honnêtement il y en a plusieurs et je pense en première intention Jean Louis DIETRICH, Marie Laure SAINTE CROIX et Denis ROSSIN. Mais la personne sans laquelle mon projet ne tiendrait pas et avec laquelle je travaille en binôme et en toute confiance depuis mes débuts et ma première mission est mon Chargé d’Affaires, Ronan SIMON. Je dis toujours que c’est mon médecin généraliste du portage salarial. C’est quelqu’un de disponible, compétent, fiable et de bons conseils, il trouve toujours la bonne ressource chez Cadres en Mission pour des questions pointues, il y a toujours un expert pour me répondre (aspects fiscaux, droits du travail, international, formation…). Nous prenons un réel plaisir à travailler ensemble, me semble-t-il.

📢 QUELS SONT LES TROIS HASHTAGS QUI VOUS CARACTÉRISENT ?  

#HUMANISME #PROFESSIONNALISME #LOYAUTÉ 

Article rédigé le 03 Juin 2021

Les commentaires sont fermés.