Soumises à une pression concurrentielle de plus en plus forte, scrutées de toutes parts, les entreprises doivent porter une attention toute particulière à la manière dont elles communiquent dans les médias, sur leur marché et en interne. Comment gérer les répercussions causées par un mauvais buzz sur les réseaux sociaux ? Comment se démarquer de ses concurrents dans un secteur particulièrement concurrentiel ? Comment communiquer efficacement sur le lancement d’un nouveau produit ou un nouveau service ? En faisant appel au talent d’un consultant en communication !

Quelle est la mission du conseiller en communication ?

La plupart des consultants et conseillers en communication ont acquis leurs connaissances et leurs méthodes en suivant un cursus spécialisé : école de communication, master en sciences humaines et sociales, formation en marketing ou parcours artistique. La plupart d’entre eux sont dotés d’un niveau Bac +3 à Bac +5.

Voici quelques exemples de missions que peut être amené à gérer le conseiller en communication dans le cadre de son activité :

  • aider les organisations à se démarquer de leurs concurrents en s’appuyant sur un message fort
  • établir une stratégie de communication pour le lancement d’un nouveau produit/service en tenant compte des contraintes (budget, délai, ressources à disposition)…
  • gérer une situation de crise faisant suite à un scandale ou un « badbuzz »
  • pacifier et fluidifier la communication en interne
  • déployer des outils destinés à mesurer l’efficacité des actions de communication mises en oeuvre
  • créer des supports de communication, en faisant appel à des ressources internes ou externes

devenir independant

Les qualités indispensables du conseiller en communication

Pour être en mesure de répondre efficacement aux problématiques rencontrées par ses clients, le conseiller en communication doit s’appuyer sur un certain nombre de compétences acquises au fil de sa formation et de son expérience professionnelle.

On attend notamment de lui :

  • une bonne connaissance de l’environnement de ses clients (valeurs et identité de l’entreprise, cibles, concurrents, cadre réglementaire…)
  • une grande créativité pour marquer les esprits et mettre en valeur les produits et services de l’annonceur
  • un vrai goût pour le challenge
  • une capacité à synthétiser les informations récoltées
  • une flexibilité à toute épreuve pour s’adapter aux diverses situations rencontrées
  • un excellent sens du relationnel pour être en mesure de faire passer ses idées et prendre en considération les remarques de chacun

Enfin, on attend également d’un conseiller un niveau d’expérience significatif dans le domaine de la communication. N’oublions pas que les entreprises font avant tout appel à ce type de profils pour profiter d’une expertise à laquelle elles n’ont pas forcément accès en interne.

Devenir consultant en communication indépendant

Le conseiller en communication débute généralement sa carrière au sein d’une entreprise ou d’une organisation publique. C’est durant ces premières années qu’il acquiert son savoir-faire et qu’il peut se prendre petit à petit à rêver d’émancipation.

Pour un expert en communication, devenir conseiller ce n’est pas seulement gagner en indépendance, c’est-à-dire pouvoir choisir librement ses missions, ses honoraires et ses clients, c’est aussi avoir la satisfaction d’aider des annonceurs à atteindre leurs objectifs et faire en sorte qu’aucun jour ne ressemble à un autre afin de conserver son enthousiasme et sa créativité. Un véritable luxe dans un secteur de la communication où nombre de salariés se plaignent justement de « tourner en rond » après quelques années de bons et loyaux services.

Quel statut pour le consultant en communication indépendant ?

Faire le choix de devenir conseiller communication indépendant est une chose, trouver un statut adapté à son projet en est une autre !

S’il veut conserver sa liberté, le conseiller en communication peut tout d’abord se tourner vers l’entreprise individuelle ou l’une de ses déclinaisons : l’EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée) ou la micro-entreprise. Cette solution, la plus accessible, se destine avant tout à celles et ceux qui veulent tester leur projet sans avoir besoin d’en passer par des démarches complexes et onéreuses. En revanche, cette simplicité s’accompagne de quelques inconvénients qu’il est important de connaître avant de se lancer.

Autre possibilité : créer une société unipersonnelle en choisissant l’EURL (variante de la SARL) ou la SASU (variante de la SAS). Deux formes juridiques intéressantes à de nombreux égards qui pèchent toutefois par leur grande complexité et la rigueur qu’elles requièrent.

Pourquoi choisir le portage salarial ?

Forme d’emploi relativement récente, le portage salarial est totalement adapté à l’exercice du métier de conseiller. À mi-chemin entre le salariat traditionnel et l’entrepreneuriat, le portage salarial associe le meilleur des deux mondes.

En choisissant ce statut, et notamment Cadres en Mission, le conseiller en communication accède aux avantages suivants :

  • La liberté de sélectionner ses clients, de s’organiser et de négocier ses honoraires sans intermédiaires
  • Une affiliation au régime général de la sécurité sociale
  • L’accès aux allocations chômage en cas de période d’inactivité
  • La gestion de ses obligations administratives
  • Une activité couverte par l’assurance RC professionnelle de son employeur
  • L’accès à un parcours de formation professionnelle
  • L’intégration à un réseau d’experts de la communication

Combien gagne un conseiller en communication ?

Comme dans de nombreux secteurs, la rémunération perçue par le consultant en communication dépend grandement de ses aptitudes, de son niveau d’expérience, de l’enjeu de ses missions, de sa localisation géographique et de ses compétences commerciales. Un conseiller expérimenté (avec plus de 5 ans d’expérience) peut ainsi aisément viser une rémunération journalière de 600 à 800 €, si ce n’est bien plus.

Notons qu’en portage salarial, le consultant doit reverser une partie de son chiffre d’affaires (environ 10 %) à la société de portage salarial, au titre des frais de gestion, afin de pouvoir profiter d’un accompagnement et de services de qualité. Après versement de cette commission et des cotisations sociales, il perçoit un salaire net correspondant à environ la moitié de sa facturation HT.

participation reunion information

Nos conseils pour réussir votre activité de conseiller en communication

#1 Prenez le temps de développer votre réseau professionnel

Construire un réseau professionnel est le meilleur moyen d’accéder à des offres intéressantes et vous construire une bonne réputation dans le monde de la communication.

Comment faire pour développer son réseau ? En vous montrant actif sur les réseaux sociaux, en participant à des événements networking (salons, ateliers, rencontres informelles) ou en organisant vos propres manifestations.

#2 Ne cessez jamais d’apprendre

En tant que consultant, vous devez vous assurer d’être à jour sur l’état de vos connaissances théoriques et techniques. Les pratiques évoluent, de nouveaux outils font leur apparition quotidiennement… Dans un secteur aussi concurrentiel que peut l’être la communication, vous devez vous montrer pro-actifs pour ne pas vous laisser dépasser !

#3 Booster vos aptitudes commerciales

Il ne suffit pas d’avoir de l’expérience et un savoir-faire reconnu dans son domaine pour décrocher des missions intéressantes. Le professionnel indépendant doit en effet se doter de compétences commerciales, lui permettant de mettre en valeur son offre de services et de négocier ses missions à son avantage. Si vous n’avez pas la fibre commerciale, les formations proposées par Cadres en Mission vous seront d’une grande utilité !

#4 Travaillez sur vos faiblesses

Même si vous vous montrez particulièrement doué dans votre domaine d’expertise, cela ne signifie pas pour autant que vous maitrisez forcément l’ensemble des aptitudes et qualités que l’on attend d’un consultant en communication.

Effectuez un état des lieux régulier : êtes-vous assez bien organisé pour gérer votre charge de travail ? Savez-vous rédiger correctement un cahier des charges ? Votre niveau d’anglais est-il suffisant ? Votre offre de services couvre-t-elle l’ensemble des besoins de votre cible ? Vos supports de communication sont-ils mis à jour ? etc.

#5 Investissez dans du matériel de qualité

Étant donné que vous serez amené à vous déplacer régulièrement dans les locaux de vos clients, chez vos prospects et dans divers événements professionnels, l’achat d’un ordinateur portable fiable est un passage quasi obligatoire. Ne négligez pas cet investissement, au risque que cela porte préjudice à votre efficacité et à la qualité de vos prestations !