Par Richard Myrtil - Actualités du portage

Le numérique, un secteur adapté pour les consultants experts

Avec l’émergence du big data, du cloud computing et des réseaux sociaux, le secteur du numérique est en pleine évolution. Sa complexité nécessite l’intervention d’experts, qu’ils soient dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) ou dans le développement et le conseil en informatique. Les consultants indépendants et notamment ceux qui ont choisi le statut du portage salarial sont très sollicités pour leur rapidité d’intervention qui répond parfaitement aux enjeux du secteur.

Dans ce secteur plus que dans d’autres, le travail s’organise par mission dont la durée varie de quelques semaines à quelques mois. Les compétences requises ne pouvant être pérennes dans ces contexte, le modèle d’embauche en CDI n’est pas adapté d’où le développement des nouvelles formes de travail en indépendant.

Le marché du numérique est pleine mutation, pendant que certains emplois connaissent une forte croissance comme ceux du conseil en informatique et communication, ceux des secteurs industriels baissent considérablement. Ceci a entraîné une présence des cadres sur le marché du numérique plus forte que sur les autres secteurs, ils représentent 58% des emplois alors qu’ils ne sont que 29% sur les marchés les autres marchés.

Des zones géographiques plus adaptées aux cadres indépendants

La présence des travailleurs indépendants est plus forte dans certaines zones géographiques françaises. La plus forte concentration de ce type de travailleurs est située en Ile de France du fait de la proximité avec les sièges sociaux. Cela est dû à la forte activité en TIC (20 000 entreprises) ainsi qu’aux lieux de travail qui leurs sont dédiés comme les incubateurs et les espaces de coworking. En 2015, 45% des salariés du numérique travaillent en Ile de France. L’Auvergne-Rhône-Alpes est aussi une région « numérique » car elle est la deuxième ayant le plus fort pourcentage de salariés dans le secteur du numérique (13,1%). Grâce à son ancien président, Jean-Jack Queyranne, la région a favorisé le développement numérique en matière d’équipement, de formation et d’emploi. Entre 2010 et 2014, l’Auvergne-Rhône-Alpes a connu une augmentation de son nombre d’emploi dans le numérique de 9%, ce qui représente le triple de l’évolution de l’Ile de France. Malgré la croissance que connaît l’emploi dans ce secteur, les entreprises du numérique privilégient la sous-traitance plutôt que l’embauche directe (36%), ce qui rend la région attractive pour les professionnels indépendants ou salariés en portage salarial.

Le CDI est-il mort dans le numérique?

Si le CDI reste le mode de recrutement privilégié des entreprises, l’augmentation des contrats à courte durée (CDD, contrat d’intervention ou de prestation) est de plus en plus marquée ces dernières années.

D’autant plus que pour le secteur du numérique, il nécessite parfois une étape d’évaluation de l’employeur qui se matérialise par un contrat en CDD ou une mission pour ensuite déboucher sur un contrat à durée indéterminée.

Le travail en mission est donc une tendance très prisée dans le secteur du numérique qui nécessite un fonctionnement différent des autres secteurs (cadres supérieurs, recours important à la sous-traitance et adaptation perpétuelle aux nouvelles technologies.

 

Article rédigé le 03 juin 2016

Les commentaires sont fermés.