Par Johan Sellitto - Devenir consultant indépendant

On vante souvent les mérites de l’indépendance en mettant en exergue les nombreux avantages que comporte ce mode de vie. Il ne faudrait toutefois pas oublier les contraintes qui attendent aussi les entrepreneurs qui font le choix de se lancer dans cette grande aventure. Découvrez ce qu’une carrière de travailleur indépendant implique en matière d’organisation, de responsabilités ou encore de tâches secondaires, et déterminez si cette voie est vraiment faite pour vous !

Travailler en freelance, c’est quoi ?

Travailler en indépendant demande principalement  :

  • D’être organisé et rigoureux
  • De savoir prospecter
  • De s’occuper des formalités administratives
  • D’être professionnel en toute circonstance
  • De faire les bons choix
  • De pratiquer des prix cohérents
  • D’anticiper ses congés
  • De structurer son offre
  • De soigner son image et son réseau

Voyons tous ces points plus en détail.

Le rôle central de l’organisation

Bien que l’idée de pouvoir choisir ses horaires sans aucune contrainte demeure une perspective plutôt alléchante pour le professionnel habitué à la rigidité des horaires de bureau, elle ne va pas sans quelques inconvénients. Totalement maître de son temps, le travailleur indépendant doit s’efforcer de faire preuve d’une rigueur et d’une régularité dignes d’une horloge suisse, s’il veut éviter les retards qui pourraient lui porter préjudice.

La prospection commerciale comme fil rouge

L’une des règles de base pour survivre en tant que freelance est de ne jamais cesser de prospecter. Au minimum, il est important de réaliser une veille pour faire en sorte de ne passer à côté d’aucune offre intéressante. L’idéal est cependant de consacrer quelques heures par semaine à sa prospection commerciale en prévision d’une éventuelle baisse d’activité.

Les tâches administratives récurrentes

Le quotidien d’un travailleur indépendant s’articule principalement autour de la réalisation de ses missions et de sa prospection commerciale. Des tâches qui occupent la majorité de son temps, auxquelles s’ajoutent de multiples formalités administratives et comptables souvent accueillies avec beaucoup moins d’enthousiasme, qu’il est néanmoins important d’inclure dans son planning, à moins d’avoir la possibilité de les confier à quelqu’un d’autre.

Certains statuts comme le portage salarial permettent cependant de se débarrasser de cette charge de travail supplémentaire pour pouvoir se concentrer sur l’essentiel.

Du sang-froid en toute circonstance

La relation client tient évidemment une place prépondérante dans une activité indépendante. Régulièrement confronté à des clients mauvais payeurs ou très agressifs, le freelance doit être en mesure de conserver son professionnalisme, même dans l’adversité.

Si vous avez tendance à faire preuve d’impulsivité et que vous éprouvez des difficultés à gérer vos émotions dans les situations difficiles, prenez le temps de faire un petit travail sur vous-même.

Les choix ont des conséquences importantes

En tant que freelance, l’une des toutes premières décisions que vous aurez à prendre, et sans doute l’une des plus déterminantes, concerne le statut juridique à adopter. Un choix initial qui va orienter le montant de vos cotisations et donc votre rémunération nette, la qualité de votre protection sociale, la quantité de tâches administratives à gérer par vos propres moyens ou encore votre niveau de crédibilité face à vos prospects.

Par la suite, vous aurez à faire face à de nombreux autres dilemmes, notamment lorsque vous devrez déterminer s’il est judicieux ou non d’accepter une offre mission très attrayante, alors que votre emploi du temps est déjà bien chargé.

Une grille tarifaire cohérente pour rester crédible

Déterminer ses tarifs est l’une des principales difficultés rencontrées par le travailleur indépendant au début de son activité. Il est vrai qu’il n’est pas facile de fixer le « bon prix » lorsque l’on fait ses premiers pas ; la tendance générale étant de sous-évaluer la valeur de son travail pour convaincre ses prospects et se démarquer d’une concurrence parfois bien établie.

Une pratique qui peut toutefois se retourner assez rapidement contre le freelance. Celui-ci peut en effet finir par perdre toute crédibilité et s’épuiser à force de vendre ses prestations au rabais.

L’anticipation des périodes de congés

En l’absence de mission, pas de salaire. Pour pouvoir se permettre de partir en vacances ou tout simplement continuer à payer ses factures durant les périodes où il ne travaille pas, notamment lorsqu’il est en phase de prospection, le travailleur indépendant doit donc faire preuve d’anticipation en mettant de l’argent de côté.

La structuration de l’offre de services

Le succès d’une entreprise, quelle que soit sa forme, est intimement lié à la qualité de son offre de services. Toutefois, construire une offre cohérente, qui puisse répondre aux besoins de sa cible, demande à la fois du temps et de l’implication, d’autant que celle-ci est vouée à évoluer avec le temps, suivant l’évolution des pratiques et de la demande.

La communication et le réseau professionnel

Ce n’est pas tout d’avoir un savoir-faire à proposer, encore faut-il le « faire savoir« . En plus de ses missions, de sa prospection et de ses tâches administratives, le freelance doit ainsi consacrer une partie de son temps aux salons, conférences et autres manifestations professionnelles.

Autant d’événements dont il peut profiter pour rencontrer et échanger avec des prospects et de potentiels partenaires, et ainsi consolider son réseau professionnel ; une ultime tâche qu’il ne doit là encore pas négliger s’il veut rencontrer le succès tant espéré !

Article rédigé le 08 Oct 2018

Les commentaires sont fermés.