Par Arthur Avranches - Tout savoir sur le portage salarial

Choisir le salariat et perdre son autonomie, ou devenir consultant indépendant et faire face à l’instabilité ? Comme beaucoup d’autres professionnels, vous faites peut-être actuellement face à ce cruel dilemme. Un gain d’autonomie est-il nécessairement synonyme de protection sociale limitée, d’absence de congés payés ou de risques d’impayés ? Et si le portage salarial vous permettait de dépasser cette opposition ?

Les droits des salariés au coeur de toutes les convoitises

Une récente étude réalisée par OpinionWay pour le compte de l’Union des Auto-Entrepreneurs (UAE) vient de dévoiler une tendance forte parmi les entrepreneurs français : la volonté de bénéficier des mêmes droits que les salariés !

En effet, bien que l’entrepreneuriat se démocratise, poussé par un régime auto-entrepreneur particulièrement populaire, et que l’autonomie est devenue un véritable objectif de carrière pour beaucoup, les avantages dont bénéficient les salariés continuent de faire rêver bon nombre d’entrepreneurs en devenir.

Ils sont ainsi 84 % à avoir des vues sur la protection sociale des salariés, 78 % à convoiter leur assurance chômage et 76 % à éprouver un désir immodéré pour leur compte personnel d’activité. D’un certain point de vue, les aspirants entrepreneurs veulent le beurre et l’argent du beurre.

Objectifs : autonomie et simplicité !

Ce qu’il ressort de cette étude, c’est aussi que 56 % des personnes interrogées qui envisagent de se lancer dans l’entrepreneuriat préfèrent passer par la case « auto-entrepreneur », plutôt que d’opter pour les structures plus complexes représentées par la SARL, l’EURL ou encore la SAS. Si l’indépendance attire, notamment les jeunes de 18 à 24 ans, qui sont deux fois plus nombreux à se projeter dans la création ou la reprise d’entreprise dans les années à venir, elle ne se fait donc pas à n’importe quel prix.

flexbilite securite indendant

Peu sensibles à la notion de challenge pourtant si souvent associée à la création d’entreprise, les entrepreneurs en herbe sondés par OpinionWay ont surtout pour dessein de voler de leurs propres ailes et gagner un revenu plus important en s’affranchissant du salariat, vécu comme une contrainte.

Portage salarial : le chaînon manquant ?

La France compte donc de plus en plus d’entrepreneurs dans l’âme… qui désirent mener une activité indépendante en limitant au maximum le facteur risque ! Une situation plutôt paradoxale à laquelle le portage salarial peut toutefois apporter une réponse solide !

Rappelons en effet que le portage salarial est une forme d’emploi, basée sur une relation tripartite (prestataire, client et société de portage), dont l’une des caractéristiques les plus notables est d’unir des caractéristiques propres au salariat et à l’entrepreneuriat.

En savoir plus : Fonctionnement du portage salarial

portage salarial tripartie

Le travailleur indépendant qui fait le choix de se tourner vers cette solution bénéficie ainsi non seulement de l’autonomie dont il a besoin pour réaliser son projet en toute liberté, mais aussi d’une somme de privilèges habituellement réservés aux salariés.

Le salarié porté est ainsi affilié au régime général de l’assurance maladie, cotise pour la retraite, bénéficie de congés payés, profite de formations, perçoit un salaire mensuel (même en cas d’impayé) et peut même demander l’ouverture de ses droits au chômage en cas d’inactivité. En somme, le portage salarial n’est pas loin de ressembler à la vision de l’entrepreneuriat que partagent les porteurs de projet d’aujourd’hui !

En savoir plus : Avantages du portage salarial

Découvrez les avis sur le portage salarial recueillis auprès de nos consultants !

Article rédigé le 20 Mar 2018

Les commentaires sont fermés.