Par Arthur Avranches - Me changer les idées

Les hommes et les femmes ont-ils les mêmes priorités et les mêmes attentes sur le plan professionnel en 2018 ? Pas vraiment, si l’on en croit une récente étude menée par Qapa auprès de 2,2 millions d’actifs des deux sexes.

Une rentrée 2018 diversement appréciée

D’après l’étude réalisée par Qapa, site spécialisé dans les offres d’emploi, il semblerait que les femmes aient plus à coeur de faire évoluer leur carrière professionnelle en 2018. Elles sont en effet 67% à avoir pris de bonnes résolutions à ce sujet, contre 51% du côté des hommes.

Ces messieurs éprouvent également plus de difficultés à reprendre le cours de leur vie professionnelle après plusieurs semaines de vacances. Ils sont ainsi 41% à se dire déprimés à l’idée de repartir au bureau, contre seulement 25% pour les femmes. Un cap moins difficile à passer pour les professionnelles qui sont 65% à considérer le jour de reprise comme une journée comme les autres. Elles sont même 25 % à s’avouer assez euphoriques à l’idée de reprendre leurs dossiers en mains !

femme place entreprise

Objectif pour 2018 : la parité !

Comme chacun le sait, et notamment les femmes qui peuvent directement en faire l’amère expérience, l’écart salarial entre les deux sexes est une réalité, encore en 2018. À poste égal, les femmes gagnent en effet 14% moins que les hommes. Pire encore : l’écart a même tendance à se creuser à mesure que l’on monte dans la hiérarchie. Les femmes cadres touchent ainsi un salaire 26% moins élevé que celui des hommes cadres.

Sans réelle surprise, 35% des femmes sondées par Qapa placent leur priorité sur l’augmentation de leur salaire. Sans doute encouragées par les récentes affaires de moeurs qui ont mis un coup de projecteur sur les différentes injustices et inégalités qu’elles subissaient au quotidien, elles sont également 25% à souhaiter davantage de responsabilités, contre 6% chez les hommes. Outre un salaire moindre, les femmes sont en effet largement minoritaires aux postes-clés des entreprises. Selon une étude McKinsey&Company réalisée en 2017,  les comités exécutifs des entreprises françaises ne compteraient que 14% de femmes.

femme salaire vs homme

Quel statut pour répondre aux attentes des professionnels ?

Résumons sommairement la situation : d’un côté, nous avons des femmes ambitieuses, qui revendiquent le droit d’être payées comme leurs confrères ; de l’autre, des hommes, particulièrement attachés à leur temps libre, qui ont du mal à faire le deuil de leurs vacances.

L’un comme l’autre ont parfois toutes les peines du monde à trouver une réponse à leurs attentes dans le cadre de leur activité : la notion de flexibilité est encore assez rare en entreprise où il est parfois mal vu de partir avant ses collègues, même lorsque le travail est terminé ; et que dire des écarts de salaires qui pénalisent encore la majorité des salariées !

Une fatalité ? Pas vraiment ! Si l’entrepreneuriat est une solution parfois envisagée par les déçu.e.s du salariat, cette voie comporte tout de même des inconvénients qui sont loin de convenir à toutes celles et ceux qui veulent s’affranchir des limites de leur statut actuel.

Et si le portage salarial, fort de son fonctionnement atypique, mêlant habilement salariat et entrepreneuriat, pouvait aussi bien répondre aux ambitions salariales des femmes et à l’envie de flexibilité des hommes ?

À l’heure actuelle, le réseau Cadres en Mission présente une parité presque parfaite entre les deux sexes. On dénombre en effet 52 % femmes pour 48 % d’hommes, qui bénéficient, entre autres, d’une vraie liberté d’organisation et de la possibilité de fixer leurs honoraires comme ils le souhaitent.

En savoir plus : Fonctionnement du portage salarial

solution flexible cadres

 

Article rédigé le 08 Mar 2018

Les commentaires sont fermés.