Par Johan Sellitto - Tout savoir sur le portage salarial

Une récente étude réalisée en avril 2019 par l’Apec en collaboration avec le PEPS auprès d’un panel de 1 050 cadres (en poste ou sans emploi) vient démontrer l’image positive et le fort pouvoir d’attraction dont jouit le portage salarial auprès de cette catégorie de professionnels particulièrement exigeante. L’occasion de découvrir les raisons de cet engouement et ce qui peut pousser les cadres à entamer une transition vers cette solution en plein développement sur le sol français.

Des cadres à l’écoute de leurs aspirations

Les cadres sont de plus en plus nombreux à affirmer leurs exigences : comme d’autres professionnels, ils puisent leur motivation dans une activité qui a du sens, dans le fait de se sentir utile et d’avoir la possibilité de développer leurs compétences dans le cadre de leur métier.

Pour poursuivre leurs idéaux, ils sont même 57 % à envisager une sortie pure et simple du salariat, même si la majorité d’entre eux n’est pas prête à toutes les concessions pour franchir cette étape. Les cadres se disent ainsi particulièrement attachés au fait de pouvoir toucher une rémunération régulière, ce que ne leur garantit pas forcément l’indépendance totale.

Part des cadres jugeant facile ou difficile la transition vers le portage salarial

Portage salarial : un statut très séduisant aux yeux des cadres

Autre élément important pointé par l’étude : le portage salarial profite d’une image résolument positive auprès des cadres, bien qu’une partie non négligeable (47 %) ne connaisse pas cette forme d’emploi ou en possède une vision relativement partielle ou floue (28 %), notamment chez les cadres âgés de moins de 30 ans. Le statut est toutefois plutôt connu chez les cadres de 50 ans et plus (61 %), dont certains ont assisté à sa naissance en France dans les années 1980.

Le portage salarial jouit d’une bonne, voire d’une très bonne image chez 75 % des cadres ayant une connaissance, même vague du statut. Les principales raisons de cette notoriété sont directement liées aux spécificités de ce statut à la jonction entre le salariat classique et l’entrepreneuriat :

  • une protection sociale complète,
  • l’externalisation des tâches administratives,
  • un important degré de liberté offert au professionnel,
  • le fait d’éviter les démarches relatives à la création d’entreprise,
  • la sécurisation des interventions avec un cadre juridique rigoureux,
  • un accompagnement favorisant le développement de son activité.

Simple complément de revenu ou solution alternative au salariat classique ?

Sécurisant, simple d’accès et offrant de multiples opportunités, le portage salarial semble bel et bien taillé pour répondre aux aspirations de cadres de plus en plus exigeants. Ils sont en effet 65 % à considérer que cette forme d’emploi est adaptée à leur projet, même si paradoxalement, 28 % envisagent d’y avoir recours dans les trois prochaines années.

En outre, l’étude menée conjointement par l’Apec et le PEPS s’est intéressée aux raisons qui pourraient pousser les cadres à quitter leur situation actuelle pour lancer leur activité en profitant des avantages du portage salarial.

Par exemple, 54 % des cadres envisageant d’avoir recours au portage salarial d’ici trois ans seraient prêts à franchir le cap s’ils venaient à perdre leur emploi ou devaient faire face à une période de chômage, notamment chez les femmes ; tandis que 40 % considèrent cette solution comme un complément à leur emploi actuel… en attendant de pouvoir s’y consacrer de manière exclusive !

Pour près d’un tiers des personnes sondées, le portage salarial représente une opportunité de créer ou de rejoindre une activité avec un entourage proche : une tendance encore plus marquée chez les cadres sans emploi.

Enfin, pour ce qui est de la phase de transition, celle-ci ne semble pas inquiéter outre mesure celles et ceux qui se projettent dans le portage salarial, puisque les trois quarts des cadres estiment que le passage vers cette nouvelle forme d’emploi devait être plutôt facile, voire très facile. Une vision assez sereine, surtout présente chez les moins de 30 ans et les plus de 50 ans, qui concerne aussi l’avenir du portage salarial : 74 % des sondés pensent en effet que le portage devrait consolider sa position et même continuer à se développer dans les prochaines années !

Des questions ? Participez à une réunion d’information sur le Portage Salarial


participation reunion information

Article rédigé le 12 Avr 2019

Les commentaires sont fermés.