Par Arthur Avranches - Tout savoir sur le portage salarial

Si le CDI reste majoritaire en France, les employeurs montrent toutefois une frilosité grandissante vis-à-vis de ce type de contrat. L’embauche d’une nouvelle recrue représente un investissement qui n’est pas sans risque pour l’entreprise (erreur de profil, indemnités et conséquences juridiques en cas de licenciement), d’autant qu’un tel contrat n’est pas toujours adapté à l’aspect ponctuel de la tâche concernée. Heureusement, il existe plusieurs alternatives qui permettent aux entreprises de limiter les risques, de réaliser des économies et de faire appel à une expertise avancée rapidement.

#1 La formation interne

Première possibilité : faire monter un ou plusieurs de vos salariés en compétences en leur proposant de suivre une formation en interne ou une formation professionnelle assurée par un organisme spécialisé.

Valorisante pour les salariés qui en bénéficient, la formation permet de ne pas alourdir la masse salariale. Pour alléger ses charges, l’entreprise peut également opter pour les MOOC, en lieu et place de la formation traditionnelle.

#2 Le travailleur freelance

Le moyen le plus rapide pour répondre à une tâche ponctuelle nécessitant une expertise précise consiste le plus généralement à recourir aux services d’un travailleur indépendant. La multitude de profils présents sur le marché professionnel est un vrai atout dans les contextes d’urgence.

Seule limite de cette solution : si la diversité des freelances est un gage de polyvalence pour l’entreprise, il n’est pour autant pas toujours facile de trouver un professionnel apte à répondre à des missions complexes.

#3 L’alternance

Surmotivés et bien moins coûteux qu’un salarié, les alternants représentent une ressource complémentaire très intéressante pour l’entreprise en manque de forces vives.

Une fois formés – rappelons qu’ils sont avant tout là pour apprendre – les alternants peuvent rapidement se transformer en éléments indispensables.

 

recrutement portage salarial

 

#4 Le consultant en portage salarial

Solution plus coûteuse qu’un freelance ou une alternance, le consultant en portage salarial est toutefois le meilleur moyen d’accéder à une expertise avancée immédiatement opérationnelle. En situation critique (redressement d’entreprise, lancement d’une nouvelle gamme de produits, opération d’acquisition), son intervention à forte valeur ajoutée peut faire une grosse différence !

Pas de conséquence sur la masse salariale

Lié à un employeur, en l’occurrence la société de portage salarial, le consultant est un intervenant extérieur à l’entreprise. Autrement dit : il ne pèse pas sur la masse salariale d’une structure qui se trouve parfois déjà en position de fragilité. De plus, son intervention n’engendre aucun risque de requalification de la relation en contrat de travail,

La souplesse de la prestation de service

Même si la loi tend à simplifier le processus de licenciement, celui-ci représente toujours un coût pour l’entreprise, notamment si la relation avec le salarié est conflictuelle. Une entreprise est mécontente du travail du consultant ? Elle a toujours la possibilité de mettre fin à la prestation et tenter l’expérience avec un autre consultant.

Et plus si affinités…

Certaines entreprises, particulièrement satisfaites du travail d’un consultant avec lequel elles ont été amenées à collaborer une ou plusieurs fois finissent par leur proposer un poste en interne. Une opportunité pour le consultant comme pour l’entreprise qui est alors assurée de recruter un véritable expert.

Une prime d’objectif

Certaines entreprises se plaignent de l’investissement important que peut représenter le recours à un consultant. Il est vrai que les honoraires pratiqués par un consultant en portage sont souvent plus élevés que ceux d’un freelance, du fait d’une expertise généralement plus avancée et d’un contexte d’intervention à fort enjeu.

Le recours à la prime d’objectif, calculée sur le résultat, en complément d’une rémunération fixe un peu revue à la baisse, est un compromis que la plupart des consultants sont tout à fait prêts à accepter. Alors, pourquoi ne pas tenter ?

Une vision extérieure et neutre

Contrairement à un salarié qui, passé ses premières semaines d’acclimatation, finit invariablement par adopter la culture de l’entreprise dans laquelle il est embauché, le consultant est capable d’observer la situation et d’intervenir d’un point de vue objectif. Une neutralité qui représente un réel avantage dans de nombreux contextes.

Une intervention strictement encadrée

Combien d’entreprises qui ont fait les frais de freelances peu sérieux ne souhaitent plus retenter l’expérience, souvent au détriment d’une majorité de travailleurs indépendants très appliqués ?

Le consultant est pour sa part accompagné et appuyé par sa société de portage salarial qui, en plus d’héberger ses missions et d’offrir un cadre juridique strict à ses interventions, se charge de gérer sa facturation !

Article rédigé le 24 oct 2017

Les commentaires sont fermés.